EN  /  FR

Frais de port offerts dès 300 euros d’achat

Jérôme Dreyfuss Sacs

Ni tout à fait hippies, mais assurément bohèmes, ni totalement roots, mais définitivement luxueuses, les collections de sacs Jérôme Dreyfuss nous font de l’oeil.

Cette saison Jérôme Dreyfuss a envie de se poser, de retrouver ses racines. Un besoin d'authenticité, de fait-main, de valeur. Juste un besoin de vrai produit. Back to the roots ? Peut-être aussi. Si l'hiver invite souvent à la réflexion et au cocooning, l'été lui, donne envie de respirer, de traverser de grands espaces, de se poser face à la nature.

Jérôme Dreyfuss est allé à la rencontre des terres indiennes où l'on vénère encore les esprits et protège ses nuits à coups d'attrape-rêves.

Pascal, illustre le mieux ce voyage lointain. Le petit sac "reporter" s'habille de pois, de languettes et de pompons de cuir qui forment un visage de Kachina, un masque Hopi. Certaines tirent même la langue ! Tous les esprits farceurs et espiègles des indiens et de Jérôme Dreyfuss !

Rémi, le sac tambourin s'amuse avec le léopard sauvage et sa forme toute ronde nous interpelle.

L'iconique Bob joue avec les "esprits" et les imprimés brillants disco club et laminé silver clin d'oeil aux années 80, peaux de serpent peintes façon Vassily et pois black and white. Sans oublier les somptueux python noir et bordeaux.

Super pratique, on ne passe pas à côté du cabas Gilles et son patchwork zig zag inspiré des Kachinas. On en profite pour apprendre que les Kachinas sont des esprits chez les Indiens Hopis et Zunis, représentés sous forme de poupées. La beauté de ces sculptures est proche d'une oeuvre d'Art et ont inspirées les peintres surréalistes et...Jérôme Dreyfuss pour notre plus grand bonheur.

D'autres nouveaux modèles nous enchantent comme les sacs à bandoulières Félix en cuir double face et en peau non doublée, souple comme des mocassins d'indien. La simplicité à l'état brut, qui fait apparaître plus que jamais l'utilité de chaque couture, le savoir-faire maroquinier qui, ainsi mis à nu, se révèle plus exigeant et technique que jamais. Toujours pratiques, les bandoulières sont ajustables, pour passer du porter le plus court au plus long.

Félix se décline aussi dans une collection de bananes, qu'on porte croisées sur le buste ou ceinturées à la taille.

Dans le même esprit Django est une besace carrée en cuir double face non doublée. Le rabat est sanglé et sa longue bandoulière tressée en cuir végétal nous donne une allure bohème. Ses mousquetons restant attachés au sac, on se voit bien la transformer en ceinture.

Et pour ne pas faire de jaloux, on adore toujours autant Bobi, Igor, Billy, Albert, Dominique, Maurice et Serge qui changent de couleur le temps d'un été.

Noir, écureuil, souffre, rouille, caviar brun : la palette sent les arbres du Montana et la nature.

Pour Tony, Billy, Bobi, Bob, Dominque et Benji, Jérôme Dreyfuss y a rajouté un ton de vert menthe et un vrai rouge pour Maurice, Igor, Bobi, Bob, Benji et Benjamin parce que c'est l'été et qu'il faut aussi se faire plaisir.

Très bel été !